Tell me, Why do you have to go

and make things so complicated?

I see the way you’re acting like

you’re somebody else…

 

Darvill tourna les fines pages du roman avec une douceur presque malsaine. On aurait pu croire qu'il tenait sa vie entre ses mains. A vrai dire, ce n'était pas la sienne, mais celle de son oncle, c'était du pareil au même après tout. Il posa ses doigts sur le papier vieillot, la poussière s'y était trouvé un foyer. Il trouvait ça tellement incroyable. Vous rendez-vous compte qu'un chef-d'oeuvre tel que ce journal se fasse dévorer par le temps et l'inattention. Par reflex, comme il l'avait fait auparavant, le garçon souffla pour faire fuir la saleté, Il dévoila ainsi le texte qu'il avait tellement hâte de lire.

Page n°133, déjà, il avait trouvé le bouquin il n'y a que très peu de temps et pourtant, ces mots si sincères il les avait vus, analysé avec rapidité sans pourtant en oublier la puissance magique de chacun d'entre eux. Ce ne sont pas que de simples verbes accompagnés de nom, c'est une histoire, une fantaisie, une romance, une vérité déchirante qui lui rappelle à quel point vivre dans la solitude n'a rien de mauvais.

Il commença sa lecture, enfin, après avoir méticuleusement nettoyé le chapitre qu'il avait décidé de lire aujourd'hui.

 

           Cher lecteur, je sais bien que mon journal ne resta pas ignoré, je porte toute ma confiance en Costati, sa discrétion est tellement faible que je pourrais déjà deviner ce qu'adviendrait de ce livre. Enfin, si vous êtes à la page 133, vous savez déjà sûrement tout ça. Pourquoi dois-je vous le rappeler alors ? Je crois simplement que j'aime bien m'adresser à vous, à toi, au moins tu connais ma vérité, tu peux arriver à me comprendre.

Luz...Oh Luz, tu sais comme je l'aime, comme je ne veux pas lui faire du mal. Tu sais tout ça. Je me sens si misérable face à elle, elle si douce, son sourire, son innocence envoûtante. Malgré tout ce qui ait arrivé dans sa vie elle arrive à rester forte. Peut-être que vous pouvez penser qu'elle ne fait que subir sa destinée, mais je ne suis pas de cet avis. Je suis avant tout son meilleur ami, celui qui lui a parlé des heures et des heures, des nuits entières à écouter ses problèmes. Je l'ai vu pleurer, je l'ai vu sourire, je l'ai vu rire, je la connais par coeur. J'arrive à comprendre ce qu'elle ressent des fois. Sa mère est morte et la mienne m'a abandonné, c'est un peu la même chose non. Disons que ça ne nous met pas dans le même état, elle, elle est dévorée par la rage, par la peur et par le fait de rendre sa mère fière. Je n'ai plus l'impression qu'elle vit vraiment, je la sens s'éloigner de plus en plus de ce qu'elle est. Je ne suis pas idiot, plus elle se rapproche de moi, plus j'ai l'impression qu'elle se transforme en quelqu'un de différent. Vous pourrez dire que c'est le temps, mais je pense que j'en suis la cause. Je ne suis pas bien pour elle, Castiel l'est. Même si ça me tue de l'admettre, il saura la rendre douce et faire en sorte que la rage qui l'anime parte en courant. J'aimerais pouvoir lui apporter ça. Qu'elle m'aime ou pas au final, je suis obligé de la laisser partir pour la rendre heureuse. J'ai l'impression de lui faire du mal, au moins je sais que je fais ça pour elle. Elle pourra me haïr, m'en vouloir comme jamais, penser que je l'abandonne sans raisons, je saurai qu'au final elle sera plus elle-même. Il faut juste qu'elle m'oublie, je ne sais pas comment elle pourrait réagir si elle continuait de m'imaginer près d'elle, ça pourrait la rendre folle, je la connais. J'ai peur de ça mais c'est la meilleure chose à faire, pour le nous que nous ne serons jamais.

Saches que ce que je vais te dire m'a fait pleurer de douleur, je ne garantis pas que mon journal ne sera pas imprégné de mes quelques larmes après t'avoir expliqué tout ça. Je m'excuse d'avance, mais comprends ma tristesse, je sais que tu le peux, tu as toutes les données pour.

J'avais allumé skype, tu sais ce logiciel pour discuter, je ne sais pas si cela existe encore dans ton époque, enfin...Je ne pourrais même pas mettre des mots pour expliquer ce que j'eus ressentis quand je vis son icône tourner au vert. Elle était connectée et depuis longtemps apparemment. Un peu de joie et de tristesse aussi, surtout de la tristesse, renoncer à elle, quelle horreur. Des fois, j'aimerai être égoïste et la gardait tout contre moi même si ça la tue, je ne suis pas comme ça. Ce n'est pas pour rien que j'ai ce don, c'est un peu mon devoir de me laisser tomber dans la noirceur du malheur pour que les autres soient un tant soient peu soulagés.

Elle se précipita sur son clavier pour m'envoyer un simple mot de gentillesse, un petit et léger salut, juste ça. La connaissant ça ne m'étonnait pas vraiment, les longs discours ce n'était pas vraiment son fort. Je tentai de prendre un ton sérieux, enfin un ton c'est vite dit, comme faire passer des émotions avec des phrases aussi courtes que celles que m'adresse ma mère.

 

[00:04:52] Max: Coucou...faut qu'on parle.

[00:05:14] Luz: Oui, je pense aussi.

[00:05:39] Max: A propos de ce qui s'est passé la dernière fois.

[00:05:48] Luz: Oui...

[00:05:54] Max: Je crois qu'on devrait ne plus jamais se revoir.

 

Je ne te dis pas à quel point retranscrire cette conversation me rend triste. J'ai peur de ce qu'elle a pu ressentir après avoir lu cette tirade. Elle a dû être dévasté, pensé qu'on l'abandonne encore, comme l'avait fait sa mère même si c'était contre son gré. J'attendais sa réponse en tapotant nerveusement sur ma souris. Ma tête était penché en arrière et je me suis surpris à prier, prier pour qu'elle ne m'en veuille pas, qu'elle puisse comprendre soudainement. C'était ridicule et ça l'est encore quand j'y repense. Il n'existe pas un dieu, il n'existe personne d'assez important pour rendre ce putain de monde un peu plus doux.

Je fixai le petit écran à nouveau, je pouvais voir quelques petits points apparaître, mon coeur se serra. Elle était en train d'écrire, que pouvait bien dire, penser ? Allait-elle être indigné, déçue ou même triste ? Je fermai les yeux, j'avais l'idiotie de penser que tout cela n'était qu'un rêve et que peut-être que je me réveillerai loin de tout ça, dans un monde où je serai avec elle et où je pourrais vivre la vie que j'ai toujours voulue près de son corps, mes lèvres sur les siennes, mes yeux la dévisageant avec amour et ce stupide sourire sur mon visage qui prouverait mon bonheur. Je n'ai pu le voir qu'en sa présence. Avec elle j'oublie tout, mes peurs, mes doutes, elle fait disparaître tout le mal en moi et la seule chose qui y reste est l'amour que je lui porte.

 

[00:06:16] Luz: QUOI ?

[00:06:22] Luz: Pourquoi ?

 

Luz, et sa façon de s'interroger sur un peu tout, elle ne pouvait pas comprendre que lui annonçait ça pouvait être dur pour moi et que lui donner des explications pas forcément réelles était une véritable corvée ?

 

[00:06:58] Max: Parce qu'on est en train de foutre en l'air notre amitié.


Amitié...si seulement les choses pouvaient être si ridiculement simples. Je poussai un soupir, ça me permettait d'évacuer cette peur de notre avenir. Je voulais vraiment penser à autre chose, mais comment quand son beau visage se retrouve au centre de toutes vos pensées, des plus douces au plus malsaines.

 

[00:07:32] Luz: Mais tu crois que ne plus se revoir ça va arranger les choses ?

 

Je ne sais pas, ça va peut-être les empirer, mais laisses-moi croire que j'ai pu faire quelque chose qui ait pu te rendre heureuse par la suite.

 

[00:08:20] Max: Non mais, il faut que je ne te revois plus. Je veux pas casser ce que j'ai avec Shayna.

[00:08:45] Luz: Nan mais je comprends pas, tu disais pas que tu t'en foutais ?

[00:09:47] Max: J'ai jamais dis ça, arrêtes de mentir et accepte le se sera mieux pour toi en plus, vis-à-vis de Castiel et tout. On doit plus jamais ce revoir et c'est tout, point barre.

[00:11:38] Luz: J'ai l'impression que t'as Alzheimer avant l'âge..Mais bon si je compte si peu pour toi eh bien tant pis j'imagine.

[00:12:34] Max: Me contredis pas okay, j'ai pas à m'expliquer d'abord, si je te dis qu'on doit plus jamais se revoir, c'est comme ça!

[00:12:41] Max: Max s'est déconnecté

 

Ne me juges pas, l'émotion ne me rend pas le meilleur en improvisation. J'avais renoncé à elle, je l'avais perdu et sûrement pour toujours. Vu les kilomètres qui nous séparent, il serait dur de la recroiser dans une des rues sombres de Brooklyn. Mon ordinateur s'était éteint un peu en même temps que mon coeur, il ne donnait plus de signe de vie et moi j'étais statique, encore sous le choc sur ma chaise de bureau. Je voulais frapper quelque part, me blesser, me faire mal, me faire souffrir pour l'horrible chose que je venais de faire. Des regrets ? Bien sûre que j'en avais, je ne pourrais jamais écrire un monologue assez grand pour comprendre à quel point je l'aime et je la veux près de moi. Savoir que tout ceci n'arrivera jamais me tue, littéralement, j'ai l'impression que des parties de moi sont parties en même temps que notre séparation. Je suis peut-être quelqu'un d'insensible, je ne pleure pas beaucoup, j'ai tendance à encaisser la douleur à rester froid, mais là s'en est bien trop pour moi. Des larmes avaient coulé sans surprise et je sens d'ailleurs aujourd'hui cette tristesse refaire son apparition.

J'aurais aimé me reconnecter, lui dire que je l'aime, que c'était une mauvaise passe et que je ne l'abandonnerai jamais. Je ne pourrais jamais, je sais que je fais ça pour elle. Enfin, c'est ce que je prétends, qui sait ? Peut-être ne suis-je qu'un imbécile, incapable d'assumer ma trouille grandissante et mon manque de courage. J'ai peur de la perdre et pour éviter ça je décide de la laisser partir, c'est assez ironique non ? Il faut croire que chaque solution menait à cette issue. Je me suis toujours sentie martyre de toute façon, j'ai toujours pensé que ma destinée était de souffrir pour les autres...enfin pour elle, je me fiche des autres de toute façon. Il suffit de constater les gens que je blesse continuellement pour le comprendre. Même elle, même elle je la rends triste, elle pleurait en ce moment-même, j'en étais sûre et je le suis encore. Il faut vaincre le mal par le mal après tout, non ?

Luz, l'amour est simplement folie et nous sommes fous, pourquoi ne nous aimons pas normalement alors ? Eh bien parce que les saines personnes cherchent le bonheur dans le malheur, notre malheur.

 _____________________________________________________

 

Coucou les gens, non, je ne suis pas morte. J'ai eu des soucis d'ordis et j'essayais de régler ça, j'ai quand même trouvé le temps de majer donc voilà pour vous un pitit peu de Luxime, fin beaucoup de Max quoi. J'espère qu'avec cette maj vous arriverez à le comprendre un peu et si vous pensez toujours qu'il est con et qu'il a pas de raison d'agir comme ça...bah...vous avez le droit, on est un pays libre. Donc....je vous aime.

La chanson du début c'est celle-ci: https://www.youtube.com/watch?v=VQXfexNVPSs

Ah et j'aimerais beaucoup que vous me dites sur qui vous voulez que la prochaine maj soit centré? Vous avez le choix entre:

Enora (vous allez l'adorer)
Max (encore, je dois rattraper mon retard parce que l'autre bonnasse est trop en avance)
Darvill (le plus beau, le plus fort avec sa vie merdique)

Ou bien...Une banane (je viens de la télécharger dans les sims et je me vois vraiment bien faire une fanfiction sur son histoire x)