I feel it everyday, It's all the same.

It brings me down,

But I'm the one to blame.

 

Cher Journal,

Screenshot-40

J'ai toujours trouvé cela un peu idiot de commencer mes articles comme ça. C'est ce que font les gens, non ? J'avais juste envie de parler, de me livrer à quelqu'un et rien de mieux pour ça que d'écrire un peu de tout et de rien accompagné de quelques croquis.

Trois mois déjà que ma vie ne rime plus à rien. Ma Luz, ma petite lumière n'est plus là et le pire c'est que c'est moi qui l'aie chassé. Je regrette et en même temps je suis toujours certains de l'efficacité que mon choix pourra avoir sur son avenir. Depuis plusieurs semaines je commence à me poser de plus en plus de questions, sur moi notamment. Qu'est-ce que je vais devenir sans elle, ce genre de stupidités. C'est ironique, moi qui la pensais dépendante, c'est qui qui se retrouve à prier chaque soir pour que sa belle lui revienne ?

Je me remets en question, je pense qu’en fait je suis égoïste. Vous savez cette mentalité de me sacrifier pour les autres, on est tous d’accord pour dire que ça ne s’applique qu’à Luz. Je me fiche du monde sinon. Tout n’est qu’une façade de toute façon, je ne crois même plus à ce dont je suis censé être convaincu. Je passe des heures à basculer entre le fait de me voir comme un saint ou comme un monstre. Je t’aurais bien demandé de me juger, mais je me fiche de ton avis, il n’y a que le sien qui importe.

J’aimerais qu’elle m’aime vraiment pour ce que je suis, mais si je veux qu’elle m’oublie il serait plus logique de ne pas avoir ce genre de pensées.

 

___________

 

Cher Journal,


Screenshot-45


Un lit, un plafond qui vous rappelle le ciel et la beauté de ses yeux, c'est mon entourage depuis quelques temps. Je ne sors plus, je me pose, je ferme les paupières, me dis que tout cela n'est qu'un mauvais rêve et puis... ça ne l'est pas. Des fois ma faiblesse se montre et je me mets à verser quelques larmes, des fois je souris en m'imaginant comment les choses auraient pu être si mes choix avaient été différents. Je pourrais te décrire la situation dans laquelle je vis pour que tu comprennes vraiment mon malheur, mais je ne vois pas vraiment ce qu'il y a d'intéressant là-dedans. Je me laisse un peu mourir, c'est sûrement pour ça que je ne me sens plus vivant.

 

Je ne fais rien d’autre que contempler l’échec cuisant qu’est ma vie ou à dessiner son visage encore et encore. C’est ridicule, comme si la perfection de ses traits pouvaient être retranscrite sur papier. Le bruit d’une page qui se déchire, c’est ce qui hante mes nuits et mes journées, je ne dors plus. Je n’ai jamais eu un sommeil très profond de toute façon, on ne peut pas dire que ce problème-ci me surprenne.

 

Plus le temps passe, plus j'aimerais qu'elle me revienne, je voudrais pouvoir voir mon avenir avec elle, mais je n'arrive même plus à ça. Elle me manque tellement, depuis si longtemps que j'ai du mal à me souvenir de chacune de ses petites imperfections, pourtant j'avais le souvenir d'aimer son nez trop fin et ses joues trop rondes, maintenant je ne sais plus trop, je ne sais plus rien.

 

_______________

 

Cher Journal,


Screenshot-41

Je la déteste, du plus profond de mon âme. Avez-vous vu dans quel état, elle me met. Je suis misérable, je veux l'oublier, recommencer ma vie sans elle, mais c'est impossible. J'en peux plus, je voudrais tellement qu'elle me laisse tranquille. Tu m'entends Luz ? Je veux être seul, sans toi, je veux que tu sortes de ma vie. Oh, je sais bien que ce n'est pas de ta faute, tu n'as pas choisi d'être mon obsession, tout le monde le sait. Dis-moi, si ce n'est pas toi, qui d'autre pourrais-je blâmais ?

Je ne veux plus voir ton visage dès que je ferme les yeux, je ne veux pas entendre ta voix me dire que je suis un idiot pour t'avoir laissé tomber, je ne veux pas avoir la vague impression de sentir ton contact quand une brise trop forte caresse ma peau. J'en peux plus d'être hanté par ton esprit, tu me rends fou. Laisse-moi, je t'en supplie, je veux juste arriver à vivre sans penser à toi, sans avoir l'impression de ne respirer que pour toi.

 

De l'amour à la haine, il n'y a qu'un pas. J'ai l'impression d'avoir franchi ce seuil. Tu me tortures tu sais ? Tu me fais vivre un enfer. La souffrance que tu m'infliges, je ne saurai l'expliquer. Je voudrais appeler à l'aide, mais qui s'intéresserait à ce qu'un être comme moi, un idiot si ridicule puisse endurer ?

 

Je veux tellement tout recommencer, revivre mon existence en changeant mes choix. Je voudrais ne jamais avoir croisé son regard, celui qui m'a rendu fou. Je n'avais pas envie qu'elle me prenne mon coeur, qu'elle me prenne tout. Je la déteste tellement, n'en finira-t-elle jamais de me voler tout ce qui m'appartient ?   

 

Pourquoi tout était plus simple avant, on était amis, les meilleurs amis du monde. Rien ne pouvaient nous séparer et maintenant quoi ? Ça fait plus de neuf mois que je ne lui parle plus. Je n'ai aucune idée de ce qu'elle fait et je ne veux rien savoir, ça ne lui suffit pas de m'étouffer de remords, en plus elle voudrait que je la voie sourire et vivre la vie que je voulais qu'elle mène.

 

Je reste dans mon coin, je vais ici et ailleurs, j'ai l'impression d'avoir fait le tour du monde en restant dans ma chambre. Je peux pas sortir, j'aurais bien trop peur de te croiser, toi et tes stupides manières, ton sourire si faux et ton visage bien trop parfait. Oh Luz, comme je veux te voir souffrir, comme je veux te voir mourir. J'ai l'impression que tu m'as ensorcelé et que la seule façon de me libérer de ce maléfice est d'en finir avec ta pathétique existence. Même si j'en rêve quelques fois, je crois que je ne serai jamais assez idiot ou courageux, cela dépend du point de vue, pour faire quelque chose d'aussi grave.

_______________

 

Cher Journal,

Screenshot-43

Luz ? Luz qui ? Les gens peuvent dire ce qu'ils veulent, je sais très bien que j'aie réussi à t'oublier un peu. Tu restes toujours au coin de ma tête, bien sûre, mais je peux enfin vivre. Je bouge, je sors, je rencontre des gens. Je suis heureux, enfin j'ai tellement envie de l'être. Prudence dit que je me mens, que je nie mon amour pour toi. Je ne la crois pas, c'est impossible qu'après autant de temps, moi, Maxime, le coureur de jupon puisse être encore sous le charme d'une gamine pleurnicharde comme toi.

J'espère que tu es heureuse de ton côté, que tu m'as oublié, plus ou moins et que tu as réussi à refaire ta vie avec ce truc qui te sert de copain. J'aurai voulu t'écrire, pour te dire que je ne t'en veux plus, qu'on pourrait même se revoir, que tout va bien, que je ne t'aime plus et que nous ne sommes qu'amis comme nous l'avons toujours été. Mais... et si mes proches avaient raison ? Si ma douleur fut si forte qu'elle s'est effacée pour ne laisser que de l'ignorance ? Non, je refuse de croire à cette stupide théorie. Qui sont-ils pour me dire ce que je ressens ? Personne ne me connaît vraiment à part moi même et peut-être toi, futur lecteur. Qu'en penses-tu ? Je sais, c'est stupide tu ne peux pas me répondre, mais je ne sais plus vraiment vers qui me tourner.

 

Tu me crois, toi hein ? Je ne l'aime pas Luz, je ne l'aime plus, je ne l'ai jamais vraiment aimé, n'est-ce pas ? Tout ça n'était qu'illusion de jeunesse ! Pourquoi alors, ressens-je le besoin de te convaincre ? Je n'ai pas besoin d'une autre personne pour me juger, non, non, je ne veux pas de ton avis, je ne l'aime pas, je l'ai oublié, je le sais.

 

_______________

 

Cher Journal,

Screenshot-50

 

Comme j'ai pu être stupide à croire mon cauchemars fini. Elle est toujours là et je suis incapable de la perdre. Je crois que la seule chose pour me sauver serait de me concentrer sur quelques pensées différentes, de souffrir seul, au moins je ne plongerai personne dans mon malheur. Je bois, je dessine, je séduis, jusqu'à n'en plus pouvoir. Je ne veux pas que tu voies dans quel état je suis. Je te ferai pitié Luz, je ne prends même pas soin de moi, mais peu importe, il y aura toujours quelques gourdasses sans personnalités pour apprécier mon physique sans y voir la souffrance et le malheur qui s'en dégage.

Je me réconforte dans les bras d'autres demoiselles, même si j'essaie de trouver la bonne, celle qui pourrait te remplacer, elles ne te ressemblent que physique. Leurs cheveux noirs et leurs yeux bleus ne les transforment pas en toi malheureusement. L'alcool m'aide aussi à t'oublier. J'enchaîne les verres, sans vraiment m'arrêter, plus je bois plus tu arrives à me sortir de la tête. Je ne fais plus vraiment grands choses de ma vie, mais au moins je sors. Ah ça oui, je passe mes jours et mes nuits dans différents bars, les uns plus farfelus que les autres. Je sais qu'ici je ne risque pas de te croiser et tant mieux. Je ne te déteste plus, même si j'ai essayé jadis, je n'y arrive plus. Je ne sais pas si ce n'est parce que je n'ai plus de forces ou si c'est simplement parce que mon désir et mon amour pour toi dépassent cette haine.

 

Oublier, t’effacer, je n’ai plus que cela en tête.

Oublier, t’effacer, oublier, t’effacer, oublier, t’effacer, oublier, t’effacer, oublier, t’effacer, oublier, t’effacer, oublier, t’effacer, oublier, t’effacer, oublier, t’effacer, oublier, t’effacer, oublier, t’effacer, oublier, t’effacer, oublier, t’effacer, oublier, t’effacer, oublier, t’effacer, oublier, t’effacer, oublier, t’effacer, oublier, t’effacer, oublier, t’effacer, oublier, M’effacer !

 

_______________

 

Cher Journal,

Screenshot-42

Je ne sais plus, je ne suis plus. Je n'ai plus l'impression de vivre et si avant j'essayais d'oublier, maintenant je sais que je n'y arriverai jamais, alors je me laisse crever, plonger dans les limbes de l'hypocrisie et devenir quelqu'un que je ne suis pas. Je change, du moins je le sais, je reste tout de même ce sacré connard d'il y a plusieurs années, je suis peut-être pire. Je me suis fait dévorer par ce que je dégage. C'est fou, pour te préserver de changer, j'ai dû le faire à ta place. L'ironie est bien la pire des armes. Je ne suis plus qu'une bougie, le temps passe, la chaleur augmente et je fonds, je tombe du haut de mon piédestal. J'aimerais que quelqu'un puisse me sauver, mais qui arriverait à comprendre ma peine ? Peut-être toi lecteur ? Et encore, que pourrais-tu faire autre que de m'admirer périr, les sourcils froncés et le regard médisant.

 

Au point où j'en suis, je ne me cache pas pour me protéger, je m'invente une personne pour être simplement. Sans ça, je crois que je n'existerai même plus. Autant me tirer une balle dans la tête vous vous diriez ? C'est à croire que je suis bien trop lâche pour ça, même si je sais que ma vie est vouée à l'échec, je n'ai pas envie de l'arrêter en laissant d'adorables personnes en peine. Et puis, comment pourrait-elle arriver à m'oublier réellement si la culpabilité de ma mort lui ronge les épaules. Je ne me le permettrai jamais.

 

Donc je souffre, mais au moins je ne le montre pas. Pensez-moi stupide, pensez-moi fou, pensez-moi odieux, allez-y, jugez-moi, mais la vérité, jamais vous la connaîtrez. Réfléchissez à deux fois avant de me pointer du doigt avec ma froideur apparente, vous ne savez probablement pas qu'un humain se cache derrière cet automate de fer. Remarquez, moi aussi je me fiche de vous et de votre hypocrisie, après ce n'est pas ce que je prétends lorsque je déchire las, votre coeur. Riez, riez, mais sachez qu'un bon joueur cache toujours son jeu.

 

C'est tes dix-huit ans bientôt Luz, Prudence m'a averti, je n'ai pas le choix, je dois venir. Je mets tapis, je mise le tout pour le tout, mais avant d'abattre mes cartes, dis-moi, suis-tu ?

 ______________________________________________________________________________

 

Bon bah voilà, tout ce temps pour ça, je suis d'accord, c'est tout pourri. Enfin, j'avais des problèmes de santé et c'était pas facile pour moi, donc soyez compréhensifs, je n'ai pas écris depuis longtemps et j'en avais un peu perdu l'envie, du coup c'est tout pourri voilà voilààà...Bref, je vous aime, je dédie cette maj à Neikkouchoupinette qui a des exams aujourd'hui, je lui dis un gros merde et voilà. Ensuite, Nounouche, je t'aime trop trop, tu me manques, tu bosses beaucoup ces derniers temps, on te voit pas trop et ça me rend triste. Je t'aime troooop trooooop. Breeeef...

La chanson c'est Over and Over de Three Days Grace, pour les flemmards qui n'ont pas cliqué sur le lien. BTW, ce groupe est vraiment génial, je le conseille à tout le monde et non, à la base la chanson ne parle pas d'une histoire d'amour, mais comme c'est pas trop tip top clair, je l'ai mise aussi, parce que ça allait bien et voilàààà parce qu'elle est trop cool cette chanson aussi.

Je vous love, du coup oui la prochaine maj, c'est l'anniversaire de Luzoupinette, vous verrez Darvill, Enora, Prudence et Gabe dans une petite plombe x).